La cohabitation entre un lapin et un cochon d’Inde, une grosse erreur.

La cohabitation entre un lapin et un cochon d’Inde est une idée très répandue parmi les propriétaires de petites boules de poils d’amour. Cette image est notamment véhiculée par les animaleries (pas toutes 😉 ), qui mélangent les cochons d’Inde et lapins pour gagner de la place. Ou bien certaines personnes qui ont des grands enclos extérieurs.

Les lapins ne peuvent pas cohabiter avec les petits rongeurs (hamsters, gerbilles, rats etc.), alors que le cochon d’inde approche de son style de vie : rythme, taille, alimentation (+ ou -). Il est vite tentant de choisir un petit cobaye pour tenir compagnie à son gros pinou….

Beaucoup de personnes qui liront cet article (très simplifié et non exhaustif), fonctionnent avec une cohabitation lapin/cochon d’Inde. S’il vous plaît ne vous brusquez pas 🙂 Prenez le temps de lire et de vous rendre compte en quoi cela est déconseillé.

1 – Ils ne parlent pas le même langage

Le lapin est presque aphone, mis à part les HONK HONK que nous pouvons entendre, ils sont muets comme des carpes ! Alors que le cochon d’inde est le rongeur ayant le langage le plus varié (avec le chien de prairie). N’oublions pas non plus le langage corporel qui peut varier aussi. Autant de facteurs qui dont qu’une incompréhension puisse s’installer et provoquer une bagarre, souvent fatale ou au frais du cochon d’inde.

2 – Ils n’ont pas le même régime alimentaire

Le lapin est sensible au taux de calcium autant que le cochon d’inde dépend de manière vitale à sa dose de vitamine C quasi-quotidienne. Afin de palier à ces troubles d’assimilation et de métabolisme, leur alimentation quotidienne diffère. Cette différence peut sembler minime, après tout ils ont beaucoup de fruits et légumes en communs, mais indubitablement le risque de carence, de surdosage ou d’une intoxication peut avoir lieu.

3 – Le lapin est territorial (surtout la femelle)

Si le lapin n’est pas castré/stérilisé, il risque de ne pas trop apprécier l’arrivée d’un petit cochon d’inde. Les exceptions existent mais ce n’est pas une généralité.

4 – Le lapin a beaucoup de force

Tous les propriétaires de lapin(s) vous le diront, le lapin à une force exceptionnelle dans les pattes arrières. Un lapin frustré par le comportement du cochon d’inde peut vite donner un coup de pattes et briser le crâne ou la colonne vertébrale du pauvre petit chon.

5 – Ils peuvent se communiquer des maladies

Lapin vers cochon d’inde : la bactérie Bordetella Bronchiseptica 

Cochon d’inde vers lapin : la bactérie Pasteurella multocida

Ces bactéries sont mortelles pour l’autre espèce. Nous n’avons pas de pourcentages de risques, ni d’études vraiment sérieuses à vous communiquer mais il y a un risque c’est une réalité.

Si vous avez un lapin et un cochon d’inde sous le même toit, pensez à vous laver les mains entre deux séances de câlins ou bien lors du grand nettoyage de cages et litières. Afin d’approcher du risque 0 ne les faites pas cohabiter dans une même pièce.

 

Conclusion

La cohabitation en soit est possible mais risquée. Nous vous conseillons tout de même très fortement d’adopter un lapin pour tenir compagnie à votre lapin (du sexe opposé et stérilisé). Pour les cochons d’inde si vous avez un mâle, castrer le et adopter une petite femelle 🙂 Sinon adopter une femelle si vous en avez déjà une.

 

 

Donner du pain à son lapin/cochon d’Inde : LA très mauvaise idée !

Tous les jours sur internet, je vois des gens donner du pain à leur lapin ou à leur cochon d’Inde. Le pain est très mauvais pour eux, au même titre que la cigarette pour nous !

Mais avant tout je rédige cet article en mémoire de notre merveilleuse Kiara qui est décédée 2 mois après son arrivée à l’association… Elle n’avait que deux ans et une toute nouvelle vie à vivre chez sa nouvelle maman Camille. Ce bel avenir lui a été retiré à cause du pain !

Pourquoi le pain est dangereux ?

Le pain, au même titre que les biscottes, est composé de farine. La farine est issue de céréales qui ont été écrasées. Or les céréales ne font en aucun cas partie de la famille des fruits et légumes. Vous voyez où est-ce que je veux en venir ?

Les lapins et les cochons d’Inde sont des herbivores stricts. Ils ne peuvent donc manger que des fruits, légumes et plantes aromatiques non toxiques pour eux. En aucun cas le pain ne fait partie de leur régime alimentaire. 

Revenons-en à Kiara, je vous ai dit qu’elle était morte à cause du pain ? En effet lors de son retrait, nous avons constaté que cette merveilleuse lapine était nourrie exclusivement avec du pain et parfois l’herbe du jardin, quand ses anciens propriétaires pensaient suffisamment à elle pour la sortir.

Puisque les lapins ne sont pas fais pour manger du pain, leur système digestif souffre lors de l’ingestion de cet aliment. L’intestin est l’organe qui est le plus touché. Il souffre et ne peut en aucun cas assimiler cette nourriture puisqu’il n’est pas fait pour ça. Ainsi, petit à petit, Kiara a développé une fragilité intestinale qui a failli la tuer le jour de son sauvetage. Nous avons fait l’erreur de la nourrir correctement (légume + foin),  un trop gros changement pour elle. Un traitement pour sa flore intestinale + une cure de foin exclusivement durant deux semaines lui a redonné des forces. Puis nous lui avons introduit la verdure. Kiara était aux anges.

Nous l’avons sauvée, mais le mal était fait. Nous ne l’avions pas remarqué. Les dégâts étaient trop importants. Pourtant elle vivait bien, mangeait et courrait partout. Une lapine enfin libre de vivre sa vie de lapine.

Malheureusement son intestin a fini par lâcher, n’assimilant plus aucun nutriment, son poids a été divisé par deux en quinze jours. Elle s’est éteinte dans les bras de sa maman aimante.

Si nous ne l’avions pas récupérée, elle serait décédée seule dans une cage sale et minuscule, sûrement plus tôt.

La belle Kiara a rejoint les étoiles…

Les répliques des propriétaires.

Quand nous faisons de la prévention, sur le pain notamment, nous tombons régulièrement sur des personnes qui nous sortent des arguments soit disant irréfutables.

  • « Je lui donne du pain pour user ses dents »

Alors c’est complètement faux ! Alors d’accord on ne peut pas forcément le savoir, mais réfléchissons un peu. Quand vous mangez du pain vous êtes d’accord que c’est rapidement de la bouillie dans votre bouche ? En quoi cela use les dents ? Alors pour un lapin imaginez les dégâts ! Seul le foin leur use naturellement les dents. Attention, il s’agit sûrement de la phrase la plus importante dans cet article 😉 

  • « Si mon lapin/cochon d’Inde en mange, c’est que c’est bon pour lui »

Donner du pain tous les jours ou bien une fois la semaine, c’est comme aller au fast-food tous les jours. Il n’y a que les humains qui s’auto-infligent la mal-bouffe. Par ailleurs, l’obésité n’existe chez les animaux qu’en compagnie de l’homme…. Ce n’est pas bon du tout. Alors oui ils en mangent car ils ne vont pas se dire « Oh du pain, c’est mauvais »! Vous avez déjà vu du pain sauvage, vous ?

Bon, je m’égare mais l’idée est là. Les lapins et cochons d’Inde sont les premiers à grignoter tout ce qui leur passe sous le nez. C’est à vous de les nourrir correctement, pour leur bien.

Tout ce que je viens de dire est valable aussi pour les chevaux.

Merci de nous avoir lu ! Les articles de ce site sont entièrement rédigés par nos membres bénévoles. Pour soutenir l’association, vous pouvez faire un don et ainsi soutenir nos sauvetages et sauver d’autres Kiara …

Sexage du cochon d’inde

Le sexage de cochon d’Inde est loin d’être chose aisée ! Cette étape est d’autant plus importante car, si vous vous trompez, une grossesse est vite arrivée.

Comment sexer un cochon d’Inde ?

Le sexage du cobaye, ce n’est pas comme regarder un lion et dire : lui il a une crinière c’est un mâle ! La taille et le poids de nos boules de poils ne varient pas beaucoup selon le sexe. Certaines personne se trompent à cause des mamelles. Les mâles comme les femelles ont une paire de deux mamelles au bas-ventre.

Ainsi il ne reste plus qu’à y regarder de plus près, direction la zone ano-génitale de votre cochon d’Inde.

Sexe de la femelle cochon d’Inde

                

Chez la femelle la zone ano-génitale forme un Y. Le pied du Y a pour direction l’arrière train de la femelle. 

Sexe du mâle cochon d’Inde

                 

Chez la femelle la zone ano-génitale forme un i.  Le pied du i a pour direction l’arrière train du mâle. 

 

À partir de quand peut-on sexer un cochon d’Inde ?

Les cochons d’Inde naissent formés, c’est à dire qu’ils sont déjà recouverts de poils et ont les yeux ouverts. Ce qui n’est pas le cas du lapin par exemple. Ainsi ses organes génitaux sont eux aussi facilement distinguables. Le secret est de prendre son temps et de vous appuyer sur une photo que vous avez prise car votre compagnon risque de râler un peu si ça dure trop longtemps !

Le sexage demande un peu d’expérience surtout chez les jeunes cobayes.  En cas de doute, n’hésitez pas à demander un autre avis 😉 
Chez la femelle, cette région a globalement une forme de « Y » dont la barre est dirigée vers la queue. Le V correspond à l’orifice urétral très développé.
Chez le mâle, la forme est plutôt celle d’un « i » dont la barre est dirigée vers l’arrière.

Quand faire le sexage ?

Les cochons d’Inde mâles sont matures sexuellement vers 300g à 400g chez le mâle et 200g chez la femelle. D’où l’importance de les peser régulièrement afin de suivre leur évolution et éviter qu’ils ne se reproduisent.

Si malgré ces explications vous ne parvenez pas à sexer votre cochon d’inde,  vous pouvez demander sur des groupes Facebook, mais le plus sûr est de vous adresser à un vétérinaire spécialisé NAC.

Voici Oscar, qui est en fait une femelle ! Nous nous sommes trompées lors du sexage à son arrivée à l’association. Cela arrive à tout le monde, soyons prudents. Si votre cobaye est jeune, vérifiez régulièrement.

Moi je dis STOP aux copeaux de bois !

Bonjour à vous tous qui, je l’espère, souhaitez le meilleur pour vos loulous !

Dans cet article je ne vais pas prendre de gants car Y EN A MARRE !! Nombreux sont les animaux de compagnies victimes des copeaux de bois résineux en France et un peu partout dans le monde !

Effectivement les copeaux de bois (résineux, toujours …) allient praticité, accessibilité dans les commerces et des prix très attractifs, mais ces derniers sont TOXIQUES !

copeaux de bois rongeurs

Je développe, les copeaux de bois sont en général issu des bois résineux (pin, cèdre, etc. ), or en contact avec l’urine une réaction chimique se produit. Cette réaction provoque une émanation de Phénol qui est très agressif pour le système respiratoire de vos animaux de compagnie, pour vous et vos enfants.  Il provoque aussi des irritations aux yeux entraînant des croûtes et une vie douloureuse pour l’animal.

Voici un extrait que j’ai trouvé sur le phénol dans Wikipédia :

« Le phénol est fortement corrosif pour les organismes vivants. Une solution aqueuse à 1 % suffit à provoquer des irritations sévères.

Les brûlures au phénol sont très douloureuses et longues à guérir. De plus, elles peuvent être suivies de complications graves pouvant mener à la mort de par la toxicité de ce composé et sa capacité à pénétrer dans l’organisme en traversant la peau. »

Le phénol était même utilisé en tant que moyen de torture lors des précédentes guerres ou comme punition pour les femmes.

Je généralise un peu, parfois des animaux vont vivre dans des copeaux de bois sans avoir de symptômes flagrants, mais imaginez-vous vivre dans un environnement toxique au quotidien, cela donne drôlement envie.

Fripon qui souffrait d’une irritation très forte des yeux (pus, croûtes, inflammation … )

Fripon après changement de litière

Je pense surtout qu’il est temps de détruire l’automatisme qu’ont les propriétaires de rongeurs ou lapins d’utiliser cette litière. Pour plusieurs raisons :

  • C’est toxique ;
  • Mauvais pouvoir absorbant ;
  • La litière pue rapidement ;

Alors oui peut être c’est « un peu » moins cher que les autres litières plus saines pour vos animaux, MAIS vous économiserez sur les frais vétérinaires 😉 Même si c’est malheureux à dire, certaines personnes ne prennent même pas la peine de les y emmener …

Les animaleries ou grandes surfaces n’arrangent pas du tout nos affaires, les packagings nous montrent des animaux « happy », foutaises ! Les copeaux de bois sont très lucratifs, ils ne coûtent presque rien à produire et des milliers (millions ?) de tonnes s’écoulent dans notre pays pour y atterrir dans l’environnement de nos animaux pour mieux les asphyxier.

Litière de lin pour Robin, cochon d’Inde sauvé dans la forêt en 2017

Il existe beaucoup de litières plus adaptées :

  • Le lin,
  • Le chanvre,
  • La litière de coco (attention à l’humidité !),
  • Les copeaux de bois non résineux,
  • Les pellets de bois (surtout pour les furets dans une caisse),
  • Les Drybed, …

Je profite de cet article pour parler d’une autre habitude nocive (bon je me limite à celle-là car sinon on en aura jamais fini) : les journaux !

Résultat de recherche d'images pour "papier journal litière"

Source : http://forum.doctissimo.fr/animaux/Chats/litiere-papier-sujet_33568_1.htm

Vous êtes d’accords avec moi, sur le papier journal il y a de l’encre, qui dit encre dit produit chimique, qui dit pipi sur cette encre dit AIE AIE AIE ! Mauvaise idée … De plus les rongeurs ou lagomorphes (lapins) grignotent un peu tout ce qu’ils trouvent (normal) or en grignotant des choses recouvertes d’encres ils en absorbent indéniablement.  Ce qui est loin d’être conseillé.

Merci de nous avoir lu, vous pouvez laisser un commentaire pour nous raconter votre histoire avec la litière de copeaux de bois !

Ce sont les bénévoles de l’association Au Secours Des Quenottes qui rédigent les articles de ce site internet, ce ne sont pas de vrais journalistes mais ils donnent de leur temps pour améliorer pas par pas la vie des animaux de compagnie en France.

 

Les bases sur le cochon d’inde

Un peu d’histoire …

Si étrange que cela puisse paraître ces petits rongeurs sont originaires du Chili et du Pérou. Ils étaient élevés pour être mangés mais tellement appréciés qu’ils étaient disposés avec les défunts comme dot pour payer leur passage dans l’au-delà. C’est au 18 ème siècle qu’ils firent leur apparition, dans les cales des bateaux, en Europe et qu’ils furent élevés comme animaux de compagnie.

L’appellation cobaye vient du fait qu’ils ont longtemps servit de cobayes pour les tests pharmaceutiques, ils ont été remplacé par les rats qui se reproduisent plus vite et arrivent à maturation plus rapidement.

 

Présentation

En matière de diversité les cobayes ne sont pas en reste ! Les poils lisses, les poils longs et les poils durs; parmi ces catégories on trouve différents poils (satins) et couleurs. Il y a même des cobayes nus : le skinny ou le baldwin.

Le maître idéal du cobaye est un adulte ou adolescent car c’est un animal fragile et sensible qui a besoin d’attention au quotidien. Il nécessite aussi des soins fréquents et précis qu’un enfant trop jeune ne pourrait pas réaliser sans l’aide quotidienne d’un adulte.

Nous vous conseillons d’adopter plusieurs cochons d’inde du même sexe (préférence deux femelles) car ce sont des animaux grégaires. En effet, à l’état sauvage ils vivent en petits groupes formés d’un mâle et de plusieurs femelles ainsi que les petits. Prenez le temps de apprendre plus sur l’anatomie de votre cobaye avant d’en adopter, cela vous permettra de surveiller sa santé et mieux comprendre son mode de communication.

Mode de vie

Les cobayes sont des animaux diurnes qui s’adapteront facilement à votre rythme de vie. Il faudra cependant, lors de vos présences, savoir respecter leur temps de sommeil et de veille.

Plusieurs types d’habitats peuvent convenir à vos cochons d’inde :

 

  • cage à barreaux : la plus répandue et la plus adaptée à la vie des cobayes en captivité. L’idéal est une cage mesurant au minimum 1m de long (plus long est la cage mieux seront vos animaux) sur 70cm de haut. L’avantage de ces cages c’est qu’elles sont modulables vous pourrez donc en superposer plusieurs. Il faudra y installer tout le nécessaire : gamelles, jouets et litière.

 

  • cavy cage : Cliquez-ici pour en savoir plus sur cet habitat, qui est pour moi le plus adapté.

 

  • clapiers : souvent en bois, ne conviennent pas pour un habitat toute l’année. Ils peuvent être utilisés pour un habitat estival (l’été) lorsque la température n’est pas haute et qu’il n’y a pas de trop de vent. Il faudra veiller à ce que les cobayes puissent se cacher dans une cabane à l’intérieur et que le clapier ferme correctement, pour éviter tout prédateur.

 

Durée de vie

Peu importe la couleur, les poils ou nu, la durée de vie de votre compagnon dépendra, en grande partie, des soins que vous lui procurerez. Lorsque vous adoptez un animal, on ne le répète jamais assez, cet engagement est pour TOUTE LA VIE. Un cobaye domestique vivant à l’intérieur, choyé et nourrit convenablement peut vivre entre 4 et 8 ans.

 

Alimentation

Comme tout à chacun, pour être en forme il faut manger correctement. Ce conseil est à appliquer,au pied de la lettre, avec votre cobaye. Etant un animal, digestivement, fragile il faudra bien surveiller ce que vous lui donnerez à manger. Nous ne le répéteront jamais assez : les cobayes sont des herbivores stricts. Il faut bien garder cela en tête afin de ne pas rendre malade votre animal.

Dans la nature, les animaux ne disposant pas de nourriture à volonté, doivent pour respecter leurs besoins nutritionnels, grignoter tout au long de la journée. C’est un comportement, qu’il est impératif, de reproduire en captivité. Cela permettra à son système digestif de fonctionner correctement et à votre compagnon de n’avoir jamais faim.

Comme les lapins, les cobayes ont une musculature digestive peu développée il faut donc la solliciter en permanence pour ne pas qu’elle s’arrête et provoquer une stase digestive (potentiellement mortelle chez le cochon d’inde).

 

  • foin : aliment indispensable de votre compagnon, il devra être vert, odorant et avec de longues fibres. Il doit être disposé à volonté et en quantité suffisante pour qu’il n’en manque jamais.
  • verdure : il est important de proposer des légumes et fruits frais et variés afin qu’il ne souffre pas de carence en vitamines et/ou minéraux. Pas d’épluchures, ni de fruits ou légumes abîmés. Donnez-leur la même chose que vous et pas ce que vous jetez !
  • granulés : compléments alimentaires intéressants car desséchés et offrant une facilité de stockage. Ils ne sont pour autant pas obligatoire dans l’assiette de votre cobaye. Cependant, si vous en donnez, veillez à prendre un mélange pour cochon d’inde ou cobaye et pas pour une autre espèce !

De façon générale, il ne faut ni introduire ni retirer un aliment, de l’alimentation quotidienne, trop brutalement car cela peut entraîner un dérèglement du système digestif qui peut-être mortel pour votre cobaye.

Santé

Comme tous les rongeurs les cochons d’inde peuvent développer des maladies propres à leur espèce.

 

  • pathologies dentaires : les dents des rongeurs poussent continuellement et ce tout au long de leur vie. Pour éviter malocclusions, fractures etc il faut veiller à ce que l’hygiène de la cage et que les règles de l’alimentation soient respectées.
  • pathologies digestives : comme nous l’avons vu plus haut, le système digestif du cobaye est fragile. Il faut veiller à la qualité des aliments, à ce qu’il s’hydrate correctement et à ce que le transit soit présent. Pour cela, vérifier tous les jours que votre compagnon a bien rempli sa litière !
  • pathologies de peau/poils : les parasites externes (surtout si l’animal va dehors) sont fréquents et peuvent rendre très malade votre compagnon. Veillez à le déparasiter au moins une fois par an (avant l’été idéalement) afin de prévenir tout risque de puces, gale, teigne, poux etc

De manière générale, les soins sont quotidiens : coupe des griffes, brossage du pelage, vérifier les yeux et les narines. Vous pouvez demander conseil à votre vétérinaire afin qu’il vous apprenne à bien manipuler votre animal.

 

Comportement

Le cobaye est, quasiment, le seul rongeur à manifester autant d’aptitude à la communication. En effet, il a un éventail important de gestes, de sons qui lui permette de communiquer avec ses congénères ou bien son maître.

Différents contacts se font par la bouche (souvent chez les petits envers la mère et plus tard entre adultes dans les moments de calmes) ; le toilettage mutuel (drôle à regarder car il déclenche des séries de mimiques chez celui qui se fait toiletter).

Un individu stressé aura tendance à mordre les oreilles de ses congénères et à avaler les poils de ceux-ci. Il faudra donc veiller à revoir l’habitat des cobayes et peut-être la surpopulation de la colonie.

Un cobaye énervé ou agressif, va relever la tête en montrant ses incisives vers l’individu visé et se rapprochera de celui-ci dans cette posture. Le cobaye menacé peut avoir plusieurs réactions pour calmer l’humeur de son congénère : relever la tête vers l’arrière et ne plus bouger (il signifie sa soumission), la fuite ou encore un cri de “dérangement” qui est souvent interprété par l’agresseur comme un signe de calme.

Pour des informations plus détaillées sur les différents types de comportement du cochon d’inde, nous vous invitons à consulter ce site.

 

Environnement

Le sentiment de sécurité est primordial pour la bonne santé physique et mentale de votre compagnon. Il suffit de respecter quelques règles, simples à mettre en place, afin de préserver cet équilibre.

 

  • une pièce pas trop stressante : pas de halls d’entrée ou entre deux portes.
  • une pièce vivante : un cobaye isolé (dans une chambre d’enfant par exemples) va passer son temps à dormir et va vite dépérir. Il a besoin de stimulations pour continuer à manger et à avoir le moral ! A condition de pas écouter la TV, musique trop fort et de ne pas fumer, l’idéal est de le placer dans le salon.
  • pas de soleil, pas d’humidité, pas de courants d’air ni de fumée : pas de garage, cave, cuisine et surtout pas devant une fenêtre (les écarts de température seraient trop importants)
  • en hauteur : il a besoin de voir ce qu’il se passe et de pas avoir trop froid ou trop chaud (en cas de chauffage au sol). L’idéal est de la placer à hauteur de votre vue. Si la cage ne dispose pas d’étage, fabriquez-un!

Litière

Les litières à base de bois résineux (cèdre ou pin) sont toxiques pour les rongeurs ! Les copeaux de bois sont donc à proscrire !

Les litières végétales comme le lin, le chanvre , les pellets de chauffage, les granulés de paille ou les rafles de maïs ne sont pas toxiques et facilement disponibles dans les animaleries ou sur internet.

Vous pouvez tout à fait entraîner votre cobaye à être propre, il faudra alors mettre à sa disposition un bac à litière, que vous remplirez de l’extrudé choisi, et vous devrez mettre les crottes dans la litière le temps qu’il apprenne à y aller tout seul. La patience est de rigueur !

Cohabitation

Dans toutes les espèces la cohabitation passe par la hiérarchie. Que vous choisissiez deux femelles ou deux mâles, cette hiérarchie devra se mettre en place. Vous risquez d’assister à des bagarres et à quelques cris stridents !

Quelques étapes peuvent vous aider à passer ce cap :

  • adoptez et installez vos cochons d’indes en même temps, si vous ajoutez un membre à la colonie présentez le par l’odeur (mettez des affaires à lui dans la cage de la colonie et inversement) pendant 48h environ.
  • s’ils ont la même taille et le même âge cela facilitera les choses (moins de risque que le gros veuille dominer le petit)
  • de la même portée, ils vivent ensemble depuis leur naissance donc il n’y aura pas de lutte normalement
  • plus l’espace sera grand, plus la cohabitation se passera bien. N’oubliez pas de tout mettre en double (gamelle, cabane, dodo…)
  • disposez les mangeoires dans plusieurs endroits afin que l’un ne s’accapare pas telle ou telle gamelle

Enfin, il est important de respecter le rythme de chacun !

Il est également possible que les cobayes  ne s’entendent jamais et que la cohabitation ne soit pas possible. Avant d’adopter un nouvel animal assurez-vous de pouvoir assumer deux animaux  dans des cages séparées pendant quasiment une dizaine d’années !