Hildegarde

Origine : Voici le déroulement de son sauvetage en septembre 2016 par Charlaine et Eric. Malheureusement ces derniers ont de très très grosses journées de travail et leur logement n’est pas suffisamment adapté pour une jeune lapine qui a besoin de se dépenser. C’est pourquoi, avec le cœur en miettes, qu’ils ont pris la dure décision de nous la confier afin que nous trouvions une famille avec un environnement plus adapté.

« Si je n’étais passée par là, jamais je n’aurais pu sauver la vie à ce pauvre lapin terrorisé, affamé et seul en pleine rue, quartier des Sablons.
Des gamins mal élevés s’amusaient à lui faire peur, à le poursuivre pour éventuellement l’attraper et lui faire des misères, « pour le fun ».
Aux dires du voisinage, l’animal paniqué a failli se faire renverser plusieurs fois par des voitures.
Acculé ensuite sous un buisson.
Je décide de prendre les choses en main : explications fermes avec les gosses qui finissent par déguerpir sans demander leur reste.
Tentatives pour attirer et attraper un lapin traumatisé… Infructueuses.
La police, puis la mairie ne vont certainement pas se déranger pour attraper un lapin dont tout le monde se fiche, sauf une dame, ses enfants et moi. La dame me fait suffisamment confiance pour surveiller ses enfants tandis qu’elle part vite chez elle quérir des granulés pour lapin.
Puis, après le retour de la maman, j’arrive à faire manger le lapin dans ma main, mais il est trop terrorisé et vif pour se laisser prendre. Plus tard, un voisin réussit promptement à l’attraper, je m’empare du petit rescapé dont je bloque les pattes arrière et blottis la tête contre ma poitrine.
Pendant tout le trajet pour rentrer chez moi, la lapine reste blottie contre moi.
Une fois à la maison, c’est branle-bas-le-combat : je la pose, vite du foin, à boire, une serviette éponge en guise de dodo… Je m’aperçois qu’elle n’a ni parasites, ni blessures apparentes, mais est affamée : carotte, feuille d’endive et extrudés engloutis vitesse V.

Pas farouche, tendre et curieuse à la fois, je suis en train de fondre complètement. »

Charlaine et Eric

Charlaine et Hildegarde

Où? : en famille d’accueil (FA) en Sarthe (72)

Date de naissance :  Nous ignorons sa date de naissances précise mais selon le vétérinaire lors de son sauvetage en septembre 2016, elle avait moins d’un an. Du coup nous pensons qu’elle est née en janvier 2016.

Sexe : femelle, stérilisée le 16 février 2017.

Santé : à définir suite à une première visite chez notre vétérinaire, mais à première vue elle se porte comme un charme.

Comportement : Qui de mieux pour décrire Hildegarde que Charlaine et Eric ?

         « Concernant Hildegarde Von Garenne, alias Chipoune, alias Lapinator Rex… Comment dire? C’est un animal particulier. Mignonne, elle l’est. C’est indéniable. Ce n’est pas une peluche ou une bestiole lambda. On dirait plutôt une créature customisée par Karl Lagerfeld. Elle est coquette. Le soyeux de sa fourrure défie l’entendement. Un excellent anti-stress, à la veillée, quand lapin se laisse caresser. Ce qui est quasi systématique, en ce sens qui si on ne masse pas consciencieusement ses oreilles, joues, épaules, quand elle se met en position de recherche de caresses (comme un skieur recherchant la vitesse), mademoiselle vient donner des coups de museau jusqu’à obtention de ce qu’elle désire… A part ça, lapine est joueuse. A cache-cache, à « attrape-mon-pompon », à la ba-balle… Mais son kif, sa marotte, c’est le rouleau en carton de PQ ou de l’essuie-tout. Un vrai cirque. Sinon, toute forme de carton convient (boîte, poche…). Lapin adore aussi manger. Le bruit du frigo, du sac de granulés, d’un légume tranché, la met en transe. Elle entame alors une chorégraphie complexe, vous regarde comme un ado attendant le nouvel Iphone

Adoptez-moi, humains !

256, vous porte au statut de quasi divinité…

          Chipoune est aussi une merveilleuse machine à compost. On n’a pas encore découvert de matière (ni de plante) qu’elle ne pouvait boulotter… Cependant, elle garde son petit caractère. Beaucoup plus intuitive qu’il n’y parait, si elle fait une bêtise (pas rare…), elle secoue les oreilles pour faire sentir qu’elle n’en a rien à f… Mais elle peut aussi faire comprendre que c’est « OK, compris, pas taper », fait de grands yeux de lapin triste… Et là, plus de cerveau. Autrement, lapin standard : elle tape de la patte, pique des sprints, découvre tout nouvel environnement en mode furtif (avec les paraboles aux aguets), est excessivement coquette (des heures de toilettes… c’est une fille), dort pas mal en journée… Quand elle s’étale, détendue du pompon, elle peut servir de boudin de bas de porte, de swiffer, de chauffe-pied… Mais elle demeure proche de ses racines, a gardé beaucoup d’instinct. Toujours vive, aux aguets, un peu craintive, elle recherchera la compagnie de congénères ou d’animaux zen. Mais aussi un refuge propre (derrière un canapé), en plus de sa maison attitrée et de son bac à chat (car la demoiselle fait toujours ses besoins au même endroit !). Voilà les grandes lignes de la personnalité de Madaâame Hildegarde Von Garenne. biz (Eric). Ci-joint photo sans truquage ! »
Charlaine et Eric

Cohabitation : Avec un mâle castré. Nous recherchons pour Hildegarde une famille d’adoption qui pourra lui donner du temps au quotidien et surtout un accès totalement libre dans une pièce 100% sécurisée avec accès dans un jardin sécurisé.  Le top serait que la puce vive à l’extérieur dans un environnement douillet.

Alimentation : extrudés spécial lapin + légumes adaptés.

Covoiturage : acceptés dans toute la France

Pour plus d’informations : contact@ausecoursdesquenottes.fr

Laisser un commentaire